Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/257

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE X~ CHAP. X.

253

grands écrivains, philosophes et artistes qui ont fait la gloire de la France et immortalisé le siècle de LonisX.IV; commence aréclamer, sousLouisXV, avec l’éloquence du génie.Ie crédit de la richesse et l’autorité du nombre, une part dans le gouvernement et l’abolition des privilèges séculaires que puisait, dans le droit du sang, la noblesse instituée par les rois germains; fait signer à la couronne, en 1789, la convocation des états généraux forme à cette époque les assemblées d’électeurs du second degré, qui nommaient directement les députés du tiers- état aux états généraux est représentée par ces mêmes députés dans l’assemblée /M~<x/e dont elle fait la majorité; rédige la constitution de 1791; devient la minorité dans l’Mee ~eg~~A’e et dans la ~o/z~o/z; ne fait pas le 9 thermidor, ma is le rend possible; se manifeste de nouveau dans la constitution de l’an m tolère et même approuve le 18 brumaire se laisse porter à tous les honneurs sous le gouvernement impérial, et cesse, pour ainsi dire, d’être bourgeoisie, non plus pour redevenir peuple comme autrefois, mais pour être noblesse à son tour; se réveille de ce rêve ridicule en 1814 croit la Charte de Louis XVIII faite pour elle, agit en conséquence et brise la couronne du prince qui la lui voulait retirer; établit enfin, en 1830, sa royauté, sa constitution, son