Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/233

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE X CHAP. IV.

229

palité romaine. Les villes de Narbonne, Béziers, Lyon, Marseille et Arles avaient retenu le droit de nommer leurs magistrats et de se juger. Vers s le temps de Louis VI dit le Gros, quelques autres provinces se remuèrent pour obtenir les mêmes droits. Des révoltes partielles éclatèrent entre les seigneurs et les habitants de ces provinces. Des cités gallo-romaines se bâtirent des fortifications avec les débris des arcs élevés aux anciens Césars. Les villes du Nord allèrent jusqu’à s’associer, pour tenir tête, en commun, à leurs oppresseurs. «Les seigneurs résistèrent; il j) y eut combat, puis transaction mutuelle; c’est » ainsi que furent dressées la plupart des Chartes; une stipulation d’argent devint la base du » traité de paix et comme le paiement de 1indépcndance’.M »

La communauté, danslarésistance, avaitamené les villes révoltées à se donner le nom de Comy/?M~~ 2. Ce beau nom qui signifiait pour elles liberté, leur fut formellement garanti dans les chartes seigneuriales.

Cet exemple produisit peu à peu son enët sur tout le reste de la France. En quelques endroits, Dix ans ~’(,~M</M /M.~o/M<) par Augustin Thierry. vol. in-8", p. 3/{[.

Com~K~tf) civiurn ~;ttf et c<~t/t<afto dicta. (Annal Trév.)