Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/227

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE X~ CHAP. U.

223

nous remplirions le cercle de nos destinées, possédant les moyens d’exercer, avec une admirable harmonie, nos ardeurs pour la puissance, l’amour, la vente la vertu l’immortalité et l’activité.

CHAPITRE Il.

QUE FAUT-IL ENTENDRE PAR CLASSES MOYENNES ?

Avant de parler de leur gouvernement, il faut dire ce qu’on entend par classes Mo~ï~ Il ne peut y avoir de classe moyenne que là où il y a une classe supérieure et une inférieure. Ainsi ce mot sig&iue non la classe moyenne d’aujourd’hui, mais d’autrefois. La noblesse a disparu le clergé ne forme plus un corps politique il n’y a plus de tiers-état. La bourgeoisie à pris la place de l’aristocratie, mais sans avoir à son tour une bourgeoisie au dessous d’elle. Sur les quatre classes qui existaient autrefois (car je fais ici une classe de la masse du peuple) deux subsistent encore la bourgeoisie et le gros du peuple et même elles se touchent de si prés que semblables a deux réservoirs contigus, l’eau contenue dans le bassin inférieur peut, à mesure que son niveau s’élève, pénétrer par des ouvertures laissées à dessein, dans le supérieur.