Page:Allart - Gertrude vol 1.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui s’approche à Paris. — Madame de Prégrange n’est pas de retour d’Italie, observa Gertrude. — Elle arrivera bientôt, elle désire, vivement nous recevoir chez elle ; veuve d’un frère de mon père et du vôtre, vous savez qu’elle nous a toujours regardées, vous, ma sœur et moi, comme ses nièces et ses héritières ; elle aime les jeunes personnes. — Oui, dit Gertrude, en femme légère qui n’aime que leur gaieté ; c’est là du moins l’effet qu’elle a produit sur moi lorsque, curieuse de nous voir pour la première fois, elle est venue ici à Prégrange nous faire ses adieux il y a deux ans. — Mais elle est bonne, et l’on dit que sa maison est agréable. — Hedwige, je me fais une idée déplaisante du monde et de Paris. Je n’y trouverai que médiocrité, frivolité, et pas un des sentimens qui ont jusqu’ici nourri mon ame. — Mais, si vous souhaitez si peu de quitter Pré-