Page:Allais - Vive la vie.djvu/238

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Voilà, monsieur, répondit le garçon.

Jusqu’à présent, la physionomie du monsieur avait présenté toute l’extériorité de l’abattement mélancholieux.

Soudain, une flambée furibarde illumina sa face.

D’un doigt rageur, il déchira l’enveloppe de Madame Louise du R…, et ajouta à la lettre un petit post-scriptum certainement pas piqué des hannetons.

Ce post-scriptum ne comportait que deux lignes, mais deux lignes, à n’en pas douter, bien tapées. — Attrape, ma vieille !

Je commençais à m’intéresser fort à cette petite comédie, facile à débrouiller d’ailleurs.

L’homme était évidemment l’ami du colonel I.-A. du Rabiot et l’amant de la colonelle Louise.

Le colonel, je l’apercevais comme une