Ouvrir le menu principal

Page:Allais - Le Parapluie de l’escouade.djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.


FEU


On m’a raconté, dans le temps, une histoire qui m’a beaucoup amusé.

Un monsieur était mort après avoir recommandé qu’on incinérât son corps.

Quand l’employé ad hoc demanda à la veuve quel genre de crémation elle désirait pour le défunt (du four français ou du four milanais ?) la pauvre femme s’écria vivement : — Oh ! monsieur, le four français !