Page:Allais - Le Parapluie de l’escouade.djvu/169

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA FAUSSE BLASPHÉMATRICE


La pluie m’avait surpris au bas de la rue de Rennes, en face de la burlesque statue du regretté Diderot.

Une averse triste, grise, obstinée.

Si je vous disais que j’avais oublié mon parapluie, je mentirais : je n’ai pas de parapluie. (Ça va bien quand il fait beau, mais quand il tombe de la pluie, je suis trempé jusqu’aux os, comme dit la chanson.)