Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/256

Cette page a été validée par deux contributeurs.
258
CYBÈLE

À mon tour je puis vous parler de quelque chose que vous ignorez, je parie, de la vieille légende de l’épouvantable Simon de Carcassonne qui avait le dos si noir, si noir, que du côté où il le tournait, il projetait trois lieues de nuit, ce qui a donné lieu au dicton populaire de nos campagnes : Négré coumo lou darré de Simoun.

— Allons, mon cher Marius, à propos de noirceurs, je vous aime mieux comme cela que lorsque vous avez vos idées noires, dit Namo en riant de tout son cœur de la sortie intempestive du provençal.

Les signaux lumineux avaient complètement cessé ; la nuit régnait en maîtresse ; il était tard et il n’y avait plus rien de mieux à faire que de gagner chacun sa couchette où un bon sommeil réparateur ne se fit pas longtemps attendre.

Aussi, tout le monde se trouva-t-il dispos et de belle humeur aux premières lueurs de l’aurore qui incendiait à l’orient le bord inférieur des longues bandes de nuages que poussait de ce côté une fraiche brise matinale.

En quelques instants on eut appareillé, chargé le ballon d’un complément de gaz, levé les ancres et regagné les hauteurs, profitant de cette brise pour naviguer avec un peu d’impulsion, barre à tribord,