Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
248
LE COLLAGE

Les salutations cérémonieuses n’étaient pas achevées que la petite Normande, s’adressant à madame de Lancy :

— Madame, venez à mon secours je suis en train de dire un grand mal de votre ville…

Et, désignant Hélène, de l’air le plus hypocritement naturel :

— Madame, qui connait Paris mieux que moi ne veut pas convenir qu’il n’y a que Paris au monde…

Un pistolet chargé jusqu’à la gueule qu’on eût tout à coup tiré à deux doigts de mon oreille, ne m’eût pas plus désagréablement écorché le tympan que cette phrase. Un sifflement de langue de vipère, ce : « Madame qui connaît Paris mieux que moi ! » dardé à Hélène, en plein visage, chez elle. Instinctivement, je regardai Hélène. Elle souriait. Qu’avait-elle de magique ? Sa coiffure ou son regard ? Peut-être sa robe de velours noir ! Elle souriait, et je fus aussitôt rassuré. Il était impossible de voir ce sourire et de ne pas se sentir tenté de tomber à ses genoux. Madame de Lancy, elle, se leva, vint s’asseoir sur un pouf devant Hélène, lui prit la main et la garda dans les siennes, en lui demandant à demi-voix comment elle se portait. J’aurais couvert de baisers les longs doigts de madame de Lancy, ridiculement minces et effilés, exsangues, aristocratiques.

Les autres convives arrivaient. Le recteur de l’Académie, un général, le procureur de la Répu-