Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236
LE COLLAGE

— Tiens ! la nuit a dû être froide.

Et j’ai sonné. Ma vieille bonne, Nanon, qui m’a vu naître, est entrée.

— Bonjour, Nanon… Fais-moi du feu.

— Ici ? dans votre chambre ?… Mais la cheminée à la prussienne de votre cabinet, ronfle déjà !

Et la garniture tuyautée de sa coiffe éclatante de blancheur semblait se hérisser d’étonnement.

— Oui, Nanon, dans ma chambre…

— Ah ! bien ! il parait que monsieur compte se soigner beaucoup, cet hiver.

Et toute sa figure, parcheminée et ridée, souriait de malice. Puis, se baissant, leste et vive, la taille encore souple et élégante comme celle d’une jeune fille, Nanon a relevé le tablier de la cheminée. Et, tout en repoussant les vieilles cendres avec la pelle :

— Voyons, monsieur, ce grand dîner d’hier ? cette soirée ?… Ça a-t-il marché comme vous avez voulu ?

— Oui, Nanon.

— Beaucoup de monde ?

— Toute la ville.

— Madame de Lancy avait une belle robe ?

— De Paris… et de chez Worth encore !… rapportée de leur voyage à l’Exposition.

— Et la longue madame Jauffret ?… Pas trop triste des pertes de jeu de son mari, du chalet revendu à l’ancien propriétaire ?