Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
184
LE COLLAGE

heureuse !… Mais l’êtes-vous, au moins ?

Et comme, pour sonder toute ma pensée, les regards d’Hélène se plongeaient dans les miens, je lui pris de nouveau les mains, et je m’enhardis à les lui baiser.

— Je ne vous pardonnerais pas, moi, Hélène, si vous n’étiez pas heureuse…

Elle dégagea aussitôt ses mains, et elle eut un sourire.

— Mais oui, mon ami, je suis heureuse… Pourquoi voulez-vous que je ne le sois pas ?

Une demie sonna à la pendule. Hélène jeta les yeux sur le cadran.

— Tiens ! quatre heures et demie, fit-elle. Attendez.

Et elle alla ouvrir la porte de la salle à manger pour dire à la bonne qu’il était temps que Lucienne prit son bouillon.

— Moins de pain qu’à l’ordinaire, s’il vous plaît !… Elle a l’estomac un peu embarrassé.

Je m’étais levé et j’avais repris mon chapeau sur un meuble.

— Je vous dérange… je vais partir.

— Non.

Et elle vint elle-même me débarrasser de mon chapeau. Elle ne sortait pad de l’après-midi, Lucienne étant un peu souffrante. Elle n’avait rien à faire. Nous avions tout le temps de causer. M. de Vandeuilles ne rentrait jamais que pour dîner,