Ouvrir le menu principal

Page:Alembert - Trois mois à la cour de Fréderic : lettres inédites.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais, ne voulant pas brusquer son hôte, il commença d’abord par de discrètes allusions à la présidence de l’Académie. Cette présidence était restée vacante depuis la mort de Maupertuis, survenue en 1759.

« À Sans-Souci, ce 5 juillet 1763.

« Nous n’avons point encore été à Berlin, le Roi est revenu ici, où il sera quelques jours ; il me dit hier qu’il fallait que je visse l’Académie et tout ce qui lui appartient pour en juger par moi-même. Je crus entendre ce que cela voulait dire, et je lui répondis que c’était bien aussi mon projet, mais que mon premier objet étant de lui faire ma cour, je n’irais à Berlin qu’avec lui. Du reste, mes dispositions sont toujours telles que vous me les avez vues et telles qu’elles seront toujours. Je mène ici une vraie vie de chanoine, mais la société (si on en excepte celle du Roi qu’on ne peut voir qu’à certaines heures) serait à la longue fort insipide et comme nulle ; j’y supplée par la promenade et par la lecture. »

« À Sans-Souci, 9 juillet 1763.

« Nous sommes toujours ici et au moment de partir pour Berlin, où nous allons, dit-on, lundi prochain et de là à Charlottenbourg, à une lieue de Berlin, où l’on dit que le Roi recevra Mme la Margrave de Schwedt,