Page:Alcott - Les Quatre Filles du docteur Marsch.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— J’irai, moi, dit Jo. Ce n’est pas plus difficile aujourd’hui qu’un autre jour.

— Non, non, dit Meg, vous n’irez pas. Il est dix heures passées, et il fait noir comme dans un four. Je ne peux pas non plus rester ici ; plusieurs amies de Sally couchent chez elle, il n’y a plus de chambre à coucher disponible. Je vais me reposer en attendant Hannah ; quand elle viendra, je ferai comme elle voudra.

— Je vais demander à Laurie. Il ira, lui, dit Jo, enchantée de son idée.

— Miséricorde ! ne demandez et ne dites rien à personne ; donnez-moi seulement mes caoutchoucs et mettez de côté ces maudites bottines, je ne peux plus danser maintenant.

— On va souper ; j’aime mieux rester avec vous.

— Non, ma chère ; allez vite me chercher un peu de café glacé, je sais qu’il y en a. Je ne peux décidément pas bouger. »

La chambre était solitaire.

Meg s’étendit sur le canapé en cachant soigneusement ses pieds sous sa robe, et Jo se mit à la recherche de la salle à manger en faisant des bévues tout le long de son chemin. Après être entrée dans un cabinet noir rempli de robes et avoir brusquement ouvert une chambre dans laquelle reposait la vieille madame Gardiner, elle finit par trouver la salle à manger et prit une tasse de café qu’elle renversa immédiatement sur elle, rendant ainsi le devant de sa robe aussi peu présentable que le dos.

« Dieu, que je suis maladroite ! s’écria-t-elle en frottant sa robe avec le gant de Meg et le salissant aussi.

— Puis-je vous aider ? » demanda une voix amie.