Page:Alcott - Les Quatre Filles du docteur Marsch.djvu/310

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XXI

LAURIE FAIT DES BÊTISES ET JO RÉTABLIT LA PAIX


Le lendemain, la figure de Jo était une énigme pour tout le monde, excepté pour Mme Marsch, car tout secret pesait sur elle, et elle trouvait difficile de n’avoir pas l’air mystérieux et important quand elle avait la charge d’en garder un. Meg s’en aperçut et ne se donna pas la peine de faire des questions : elle savait qu’avec Jo la meilleure manière d’agir était par la loi des contraires, et elle était sûre que sa sœur lui dirait tout si elle ne lui demandait rien. Elle fut donc assez surprise en la voyant persister dans son silence ; peu à peu, Jo prit même avec elle un air protecteur qui fâcha décidément Meg.

Meg prit alors à son tour un air de réserve vis-à-vis de Jo et se dévoua entièrement à sa mère. Cela laissa Jo à elle-même, car Mme Marsch avait pris sa place comme garde-malade et lui avait ordonné de se reposer, de prendre de l’exercice et de s’amuser. Amy n’étant pas là, Laurie était sa seule ressource, et, quelque grand plaisir qu’elle eût en sa société, elle le craignait un peu dans ce moment, car c’était un taquin incorrigible, et elle avait peur qu’il ne lui arrachât son secret.