Ouvrir le menu principal

Page:Alcott - Les Quatre Filles du docteur Marsch.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paraissaient très jolies avec leurs robes d’été et leurs figures heureuses sous leurs chapeaux de paille.

Laurie courut à leur rencontre et les présenta à ses amis de la manière la plus cordiale. Une allée du jardin était le salon de réception, et, pendant plusieurs minutes, il s’y joua une scène animée. Meg fut très contente de voir que miss Kate, quoiqu’elle eût vingt ans, était habillée avec une simplicité que les jeunes filles américaines feraient bien d’imiter, et elle fut très flattée des assurances de M. Ned qu’il était venu exprès pour la voir. Jo comprit pourquoi Laurie faisait la « grimace » en parlant de Kate, car cette jeune fille avait un air raide qui contrastait singulièrement avec l’attitude libre et aisée des autres jeunes filles. Beth regarda attentivement les nouveaux petits garçons, et décida en elle-même que celui qui était boiteux n’était pas « terrible », mais gentil et faible, et qu’elle serait bonne pour lui à cause de cela. Amy trouva que Grâce était une joyeuse petite personne bien élevée, et, après s’être regardées mutuellement pendant quelques minutes, les deux petites filles devinrent soudainement très bonnes amies.

Les tentes, le déjeuner et le jeu de crocket avaient été expédiés à l’avance dans la grande prairie, et toute la compagnie s’apprêta à aller les rejoindre. Un bateau n’eût pas suffi ; il y en avait deux, une vraie flotte : l’un était dirigé par Laurie et Jo, l’autre par M. Brooke et Ned. M. Laurentz resta sur le rivage, agitant son chapeau en signe d’adieu. Le chapeau comique de Jo aurait mérité un vote de remerciements, car il fut d’une utilité générale. Ce fut lui qui brisa la glace dans le commencement en faisant rire tout le monde ; pendant qu’elle ramait, il créait une brise rafraîchissante en s’agitant en avant et en arrière, et Jo dit que, s’il