Ouvrir le menu principal

Page:Alcott - La Petite Rose ses six tantes et ses sept cousins.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Voici Furet, » dit celui-ci avec orgueil.

Miss Furet sauta sur les coquillages épars sur le tapis et les mit dans son tablier en répétant :

« Tout pour Zamie et moi ; tout pour moi et Zamie.

— Comment trouvez-vous ma poupée ? demanda Jamie en croisant fièrement ses mains derrière son dos, attitude qu’il copiait fidèlement sur celle de ses frères.

— Elle est charmante, répondit Rose ; mais pourquoi l’appelez-vous Furet ?

— Parce qu’elle est curieuse comme un petit chat, répliqua tante Jessie. Elle est toujours à fureter partout ; nous l’avons surnommée d’abord Touche-à-tout, mais Jamie s’y est opposé énergiquement. Le nom de Furet lui est resté. Ce n’est pas un joli nom, je l’avoue ; pourtant il est bien expressif.

— Et bien mérité, » s’écria le prince Charmant. »

En effet, la poupée vivante n’eut pas plutôt regardé les coquillages qu’elle en eut assez de ce nouveau jeu, et qu’elle chercha de côté et d’autre de quoi se distraire. Elle se mit à sucer une des pièces du jeu d’échecs d’Archie « pour voir si c’était du sucre d’orge ; » elle s’empara d’images chinoises qu’on retrouva toutes froissées dans sa poche, et elle faillit écraser l’œuf d’autruche de Will en essayant de s’asseoir dessus.

Archie, poussé à bout, la ramena auprès de Jamie en lui disant :

« Si vous ne faites pas plus attention à votre poupée, je la mets à la porte. »

Jamie la reçut à bras ouverts.