Ouvrir le menu principal

Page:Alcott - La Petite Rose ses six tantes et ses sept cousins.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.



« Qu’est-ce que cela peut bien être ? s’écria le premier.

— Vous le verrez.

— Et qui est-ce qui le verra d’abord ? demanda Will.

— Tante Prudence, répondit Archie.

— Quand arrivera cet événement ? dit Georgie qui ne tenait plus en place.

— Lundi, très probablement.

— De quoi parlez-vous donc, mes enfants ? demanda à son tour tante Prudence.

— Comment, s’écrièrent ses neveux, vous n’êtes pas du secret.

— Non, dirent les deux complices en échangeant un regard d’intelligence ; mais cela n’empêche pas tante Prudence d’aimer passionnément ce dont nous parlons.

— « De quelle couleur est-ce ? fit Rose.

— Hum ! Brun et bleu.

— C’est bon à manger ? demanda Jamie.

— Certains peuples sauvages le prétendent, mais je ne voudrais pas en essayer »

Et Charlie partit d’un éclat de rire.

« Je renonce à deviner vos énigmes, dit Mac impatienté.

— C’est le plus sage, mon enfant, » répondit Archie d’un ton paternel, tandis que Jamie confiait à sa cousine qu’il ne savait pas comment il pourrait vivre jusqu’au lundi suivant, tant il avait hâte de connaître ce grand secret.