Ouvrir le menu principal

Page:Alcott - La Petite Rose ses six tantes et ses sept cousins.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le docteur, mis au pied du mur, coupa un morceau du pain et le dégusta lentement, en fin gourmet.

« C’est exquis, dit-il en se levant pour embrasser Rose. Vous faites honneur à votre maîtresse, ma chérie, et, quand nous aurons fondé notre école modèle, je vous décernerai le premier prix d’économie domestique.

— Vous êtes content de moi, dit Rose, je n’ai pas besoin d’autre récompense.

— Qu’avez-vous donc à la main droite ? interrompit l’oncle Alec.

— Ce n’est rien, je me suis un peu brûlée dans ma précipitation à ouvrir et fermer la porte du four.

— Pauvre mignonne, c’est pour moi que vous vous êtes blessée ! Venez avec moi dans mon cabinet, j’ai un remède souverain pour les brûlures. »

Et le docteur l’emmena de force.

« Tante Clara prétend que je perds mes mains en faisant la cuisine, lui dit alors Rose, mais cela m’est fort indifférent, car je me suis bien amusée tout ce mois-ci, et je crois vraiment que tante Prudence y a pris autant de plaisir que moi. Ah ! à propos, mon oncle, j’ai une confidence à vous faire.

— Tant mieux ; rien ne saurait m’être plus agréable que la certitude d’avoir votre confiance.

— Oh ! pour cela vous n’avez pas de craintes à avoir, je vous ai donné ma confiance pleine et entière ! s’écria Rose avec effusion.

— Qu’est-ce que c’est ? demanda son oncle en l’embrassant.