Ouvrir le menu principal

Page:Albanès,Les mystères du collège,1845.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais l’élève Tillard ne se remet pas du tout, et l’inspecteur écrit : Tillard, timidus alumnus.

Passons au devoir. C’est une version latine ; depuis quinze jours on fait toujours la même, ce qui n’empêche pas qu’elle soit déplorable.

« Ah ! s’écrie le professeur, c’est qu’elle est difficile pour des élèves de quatrième.

— Oui, c’est vrai, dit l’inspecteur ; aussi je vais leur montrer comment il fallait la traduire. »

Alors il se met à l’œuvre.

Tous les élèves s’endorment — ; mais l’inspecteur, qui est dans le feu du travail, ne s’aperçoit de rien. Aussi il dit en s’essuyant le front : « Messieurs, je suis vraiment satisfait de l’attention que vous avez apportée à m’écouter. »

Le proviseur, homme d’esprit, ajoute d’une voix sonore : « Messieurs, M. l’inspecteur… » Aussitôt tous se frottent les yeux et se regardent en se disant : « Quoi