Ouvrir le menu principal

Page:Albanès,Les mystères du collège,1845.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


LA RÉCRÉATION


Les classes finies, les élèves se répandent à flots dans les cours ; à la contrainte succède la liberté, l’aisance dans les mouvements ; c’est alors que les habits deviennent trop justes par l’effet d’une croissance inattendues, et, au désespoir des ceux qui les paient, craquent sous les aisselles ; que les pantalons trop mûrs aux genoux, et ailleurs, cèdent aux mouvements musculaires, impatients et précipités du collégien.

C’est alors que des groupes se forment de toutes parts, que les jeux s’organisent, et les ruses aussi ; vous allez le voir.

Parmi les pions qui surveillent en voici un qui se promène un livre à la main. La curiosité du collégien est piquée :

Que lit-il ? Il faut le savoir, il faut le savoir ! s’écrie-t-on.