Page:Aix - Histoire des Croisades, tome 1.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.




NOTICE
SUR ALBERT D’AIX.




Nul historien ne nous a conservé, sur la première croisade, autant de détails qu’Albert ou Albéric, chanoine et gardien, selon l’opinion commune, de l’église cathédrale d’Aix en Provence, ou selon d’autres, d’Aix-la-Chapelle, ce qui me paraît plus probable. Aucun renseignement ne nous reste sur son propre compte ; on ignore même l’époque de sa naissance et de sa mort ; il est certain seulement qu’il vivait encore en 1120, puisque c’est à cette année que s’arrête son ouvrage. Il n’avait point fait partie de l’expédition, et ne visita jamais la Terre Sainte ; mais plein d’enthousiasme, comme l’Europe entière, pour l’entreprise et les exploits des Croisés, il en recueillit avec soin toutes les relations, s’entretint avec une foule de pélerins revenus de Jérusalem, et a reproduit leurs aventures et leurs sentimens, sinon en bon langage, du moins avec une complaisance minutieuse, et la vivacité d’une imagination fortement émue. Guillaume de Tyr assitait à la ruine du royaume de Jérusalem ;