Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
rayon-de-soleil

— À quelle distance se trouve le Settlement où sont allées mistress Prescott et sa fille ?

— À dix, cinquante ou quarante milles.

— Tu ne pourrais pas me donner une indication plus précise.

— Quelque chose entre dix, quarante ou cinquante… voilà tout ce que je peux dire.

— Y es-tu allé ?

— Souvent, à cheval.

— Tu connais le chemin ?

— Aussi bien que le trajet de la maison à l’écurie.

— Je voudrais bien que tu y allasses.

— Comment ! seul ? s’écria Caton sentant se réveiller toutes ses terreurs.

— Évidemment ! ne m’as-tu pas dit que tu avais fait cette route souvent, aller et retour.

— Oui, Dieu vous bénisse ! mais alors on ne parlait pas d’Indiens !

— Peut-être y en avait-il aussi bien que la nuit passée.

— Oh ! par grâce ! non je ne pourrai pas y aller seul ! pourquoi parlez-vous de ça ?

— C’est bien facile à comprendre, mon pauvre Caton. Tu vois que j’attends le retour d’Oonomoo