Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
53
rayon-de-soleil



courtes comme une vision. Bientôt arrivèrent les confidences : Marie révéla à sa sœur — sous la foi du secret ! — ses émotions inconnues : Canfield brûla ses vaisseaux, et s’avoua courageusement amoureux au capitaine Prescott. Ce dernier resta muet, mais il chargea sa femme de répondre. Alors, en mère sage et prudente, elle examina la question de près, trouva les deux amoureux trop jeunes, et, sans rien refuser, s’arrangea de manière à ne rien promettre.

Il fut enfin convenu qu’on parlerait sérieusement du mariage dans quelques années : en attendant, on permit à Canfield d’accompagner de temps en temps le capitaine Prescott dans ses visites.

Sur ces entrefaites, une expédition guerrière éloigna pour longtemps les deux officiers : ce fut le premier chagrin des jeunes gens. Mais il leur survint une voie de consolation dont ils usèrent souvent : dans les rangs de l’armée servait avec plusieurs Peaux-Rouges un Huron qui était le héros du désert.

Oonomoo avait combattu vingt fois avec Prescott et Canfield, il était devenu leur inséparable frère d’armes : le jeune lieutenant surtout, dont