Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
193
rayon-de-soleil

— Quelle discussion avez-vous relativement à mon nom ? demanda sans façon le nègre, qui avait saisi deux ou trois mots de la dernière phrase.

— Pas de bruit ! interrompit péremptoirement Oonomoo.

— Ciel ! Bon Dieu ! Ils parlent bien, eux deux ! je ne peux donc pas glisser une petite observation dans leur conversation ?

— Ils s’aiment — ils parlent doux — vous, noir, vous n’êtes pas amoureux.

— Oui, c’est la seule différence. Si vous le voulez, je renoncerai à parler, et à faire aucune remarque ; mais avant de finir, je vous dirai, Onyomoo, que vous êtes un rude et habile garçon, dont le petit doigt est plus savant que tous les Shawnees ensemble. — À présent je ne dirai plus un mot.

Sur ce, le nègre resta muet.

Canfield et miss Mary prolongèrent pendant plus d’une heure leur innocent babillage, parlant si bas que le bruit de leurs paroles n’arrivait que comme un murmure aux oreilles du Huron : À la fin, la marche devint plus pénible, le bois plus impraticable : tout absorbés par les fatigues de la