Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
184
les drames du nouveau-monde

Et… horreur des horreurs ! la captive avait disparue !

Il n’en fallait pas tant pour réveiller complètement l’irascible squaw : avec un cri horrible elle bondit sur ses pieds, secoua rudement Vanderbum sans parvenir à lui faire faire un mouvement, lui hurla aux oreilles sans plus de succès ; enfin, furieuse, hors d’elle, poussant d’affreuses clameurs, elle se mit à parcourir le village, ameutant les Shawnees, et s’efforçant de leur communiquer une ardeur égale à la sienne.

En un instant toute la peuplade fut soulevée, et entoura la maison de Vanderbum pour en explorer les environs.

Le gros Hollandais avait entr’ouvert un œil pour reconnaître la situation : mais il l’avait refermé bien vite, préférant laisser passer l’orage, et réfléchir aux réponses qu’il allait être obligé de faire.

Bientôt la foule s’amassa autour de lui, en l’appelant avec rage : comme il ne répondit rien d’abord, on lui accorda une libérale distribution de coups de pieds et autres horions. Enfin, au moment où il se sentit enlevé par les cheveux, il ouvrit ses gros yeux bleu-faïence, et promena