Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


protection, dont on vous entoure, m’effraie pour vous ; elle doit cacher quelque embûche redoutable.

— Oh ! le croyez-vous, madame ?

— Vous avez affaire à des gens d’une puissance presque sans limites : ce qui vous arrive le prouve ; craignez de les mécontenter, même sans le vouloir.

— Et surtout, ajouta don Jose avec intention, d’accorder trop de foi aux confidences de ce docteur Legañez, que vous-même m’avez représenté comme un fieffé coquin ; cet homme vous perdra.

— Oh ! oh ! vous voyez l’avenir bien en noir, cher ami ? Je ne resterai que quelques heures à Madrid, seulement afin de m’assurer…

— Que le docteur ne vous a pas menti. Vous n’aurez pas besoin d’aller si loin : la personne que vous avez un si grand désir de voir habite Séville depuis plusieurs années déjà, et peut-être…

— Vous vous interrompez ?

– Il y a des courses au Puerto, demain ; comptez-vous y aller ?

— Certes.

— Eh bien ! peut-être verrez-vous là cette personne.

— Eh ! eh ! le croyez-vous ?

— J’en suis presque certain. Je ferai retenir vos places auprès des miennes.

— C’est entendu ! Seulement, j’irai coucher au Puerto.

— Fort bien. Que faites-vous aujourd’hui ?

— Rien, je me repose.

— Que pensez-vous d’une visite à la Jeune-Agathe ?