Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/349

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIV

DANS LEQUEL IL EST PROUVÉ QUE C’EST TOUJOURS QUAND ON S’Y ATTEND LE MOINS QUE LE BONHEUR ARRIVE.


Le soir de ce même jour, le capitaine Olivier Madray achevait de dîner en compagnie de son matelot Ivon Lebris et du docteur Arrault, chirurgien major du Hasard, sous une tente dressée à l’arrière du brick-goëlette.

La soirée était magnifique, claire, fraîche, embaumée de mille senteurs apportées par la brise de terre, le ciel semé à profusion d’étoiles brillantes, au milieu desquelles resplendissait l’étincelante Croix-du-Sud, que nous ne pouvons voir dans notre vieux monde ; la mer, calme et unie comme une nappe de glace, n’avait que ce gonflement incessant qui semble être la mystérieuse respiration de ce géant indomptable, encore si peu connu, et commençait à faire danser le reflet blanchâtre de la lune, dont le croissant d’argent émergeait peu à peu au-dessus des dernières lignes de l’horizon, au milieu de vapeurs diaphanes.

Tout, dans cette nature, grandiose dans sa simplicité, élargissait le cœur, gonflait les poumons et portait l’âme à la contemplation et à la rêverie.