Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je ne sais ce que vous voulez dire, ni pourquoi vous me traitez de monseigneur ; je suis un paisible bourgeois ; je rentre à mon domicile, en compagnie d’un ami, avec lequel j’ai passé la soirée.

— Je suis désolé de vous contredire, monseigneur, mais je sais parfaitement à quel haut personnage j’ai l’honneur de parler ; votre ami est tout simplement votre frère de lait, votre intendant, don Antonio Ramillete ; je l’ai très bien reconnu tout à l’heure, quand vous êtes passés devant la calle de Carretas.

— Vous divaguez ; je ne comprends absolument rien à ce que vous me débitez.

– Monseigneur, Son Excellence le duc de Rosvego a été prévenu, à onze heures, de votre arrivée à Madrid à dix heures un quart, par la porte d’Alcala ; un mandat d’amener a été aussitôt lancé contre vous ; depuis onze heures et demie, nous sommes en embuscade dans la calle de Carretas, pour attendre votre sortie de l’hôtel.

— Je vous répète que tout cela est absurde et n’a pas le sens commun ; je ne suis pas celui que vous attendez. Passage !

— Prenez garde, monseigneur ! j’accomplirai ma mission, quoi que vous disiez ; vous ne me donnerez pas le change. Il me répugnerait d’user de violence. Il y a à quelques pas d’ici un poste de celadores, calle de la Montera ; il m’est facile avant dix minutes d’avoir main-forte.

— Passage ! reprit froidement l’inconnu.

— Encore une fois, prenez garde, monseigneur ; si vous ne vous rendez pas, nous emploierons la force.