Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quelles sont vos intentions à propos des misérables dont vous vous êtes emparé ?

— Nous sommes trop près des côtes pour qu’il me soit permis de leur infliger moi-même le châtiment qu’ils ont si bien mérité, quoique je n’encourrais aucuns reproches si je jugeais à propos de disposer d’eux : je suis maître à mon bord, et je les ai pris en flagrant délit ; mais je préfère ne pas assumer sur moi une responsabilité toujours pénible. Tuer ses ennemis en combattant, rien de plus simple : on se défend, on tue pour ne pas être tué ; mais tuer de sang-froid, tranquillement, c’est ce dont je ne me sens pas capable, cela me répugne.

— À la bonne heure ! mon ami, je vous approuve mais alors…

— À notre arrivée à Southampton, je mettrai ces misérables entre les mains de la justice anglaise.

— Fort bien ; à quoi supposez-vous qu’ils seront condamnés ?

— Oh ! leur affaire est claire : ils seront jugés, condamnés et pendus dans les vingt quatre heures.

— Comment ! pendus ainsi, dans les vingt-quatre heures ?

— Mon Dieu oui, mon ami. John Bull ne plaisante pas avec les pirates ; il se prétend le seul maître sur l’Océan ; il ne souffre aucune concurrence, d’où qu’elle vienne, ajouta-t-il en riant.

— Voici la goëlette ! s’écria Ivon ; pardieu ! maître Lebègue n’a pas perdu de temps, sur ma foi ! Pourtant il y avait une rude besogne pour la remettre en état.