Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE IX.

COMMENT ON RENCONTRE SES AMIS AU MOMENT OÙ ON Y SONGE LE MOINS.


Ces vingt hommes, parmi lesquels se trouvaient deux officiers, composaient l’équipage de prise mis par le pirate sur le trois-mâts, après s’en être emparé.

Maître Caïman ne s’était trompé qu’à demi en supposant ce navire espagnol ; en effet, il avait été construit sur les chantiers si longtemps célèbres du Ferrol, le premier port de construction de l’Espagne ; après avoir fait deux ou trois voyages aux Indes orientales, le trois-mâts avait été acheté par un armateur de la ville hanséatique de Hambourg, et dénationalisé pour naviguer sous le pavillon de la Hanse.

La Chimère, depuis douze jours qu’elle avait audacieusement établi sa croisière à l’entrée de la Manche, s’était emparée de huit bâtiments, anglais, français, danois et russes. Ces navires, après avoir été pillés, avaient été sabordés et coulés.

Les équipages de ces navires avaient été, depuis deux ou trois heures, transportés à bord du trois-mâts que la Chimère avait enlevé par surprise, un peu avant le lever du soleil, ce jour même ; les prisonniers avaient été mis aux fers, ainsi que