Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/126

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Dame ! si cela ne vous gênait pas trop, peut-être accepterais-je ?

— Comment peut-être ? C’est entendu ; vous êtes mon passager. Mousse ! cria-t-il.

— C’est inutile, mon ami, dit M. Maraval en l’arrêtant, je comptais si bien sur votre obligeance, que j’ai congédié ma balancelle, et que mes bagages sont à bord.

— À la bonne heure voilà un procédé que j’aime. Ah çà, rien de fâcheux, hein ?

— Non, sur l’honneur ; simple question d’argent, une combinaison très-avantageuse pour moi.

— Tant mieux ! nous allons passer quelques jours ensemble. Et la señora doña Carmen ?

— Elle vous fait ses meilleurs compliments ; elle connaît mes intentions et est heureuse de savoir que je fais ce voyage en votre compagnie.

— Vive Dieu ! je vous ramènerai, si vous voulez ?

— Ce n’est pas possible : je suis contraint de retourner en Espagne en traversant la France, toujours par suite d’affaires commerciales.

— À votre aise. Je suis heureux du présent, j’attendrai l’avenir. Viens ici, Furet !

Le mousse accourut.

Olivier lui dit quelques mots à voix basse ; l’enfant salua et sortit.

– Êtes-vous satisfait de lui ? demanda don Jose.

— Beaucoup : tout le monde l’aime à bord. Je tiens à vous garder près de moi, cher ami ; vous vous installerez dans le salon.

— Je vous gênerai ?