Page:Aimard - Les Flibustiers de la Sonore, 1864.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Arthur Ah ! vous aimez !…

Sharp Oui… master Sharp, de Washington, aime la gaieté beaucoup.

Arthur Ça se voit bien ! Tiens, c’est un Yankee !

Sharp Dites à moi ! Connaissez-vous ? J’aurais besoin d’un petit Français pour écrire les lettres de moâ !

Arthur D’un secrétaire ?

Sharp Oh ! yes… qui saurait aussi faire la barbe de moâ !

Arthur Ah !… alors c’est un coiffeur !

Sharp Quid porterait encore les paquets de moâ !

Arthur Celui qui porte les paquets, c’est un commissionnaire.

Sharp Et qui brosserait mes habits… mon chapeau.

Arthur Dites donc, votre ami me fait l’effet de ressembler à un domestique.

Sharp Oh ! non… un ami… factotum.

Arthur Factotum ! qui sache tout faire… alors vous avez oublié la cuisine…

Sharp Cuisine… aussi… française cuisine very bonne !… Je donnerai à ce petit française vingt piastres par jour, et je paie dix jours d’avance, deux cents piastres. Connaissez-vous ?

Arthur Deux cents piastres !… Oh ! quelle idée ! Factotum… ce n’est pas déshonorant !… je n’ai plus le sou… le comte Horace n’arrive pas !… En un coup de roulette… je puis attraper une fortune !… Bah ! (À part.) Mes aïeux ne sont pas là ! (Haut.) Dites-moi, j’ai votre homme !…

Sharp Oh !

Arthur, tendant la main. Donnez… les deux cents piastres !… Et tu verras la cuisine que je te ferai !

Sharp C’est vous !

Arthur Moi-même, j’attends vos ordres.

Sharp Suivez-moi à la roulette !

Arthur Que la rouge ou la noire me soit propice ! Je lui rends ses deux cents piastres, et je le plante là !

Sharp Mon ami… votre nom ?

Arthur Arthur.

Sharp Sir Arthur !… J’aime beaucoup… vous êtes très-gai.



Scène V

Les Mêmes, DE SAUVES, moins ARTHUR et SHARP.


De Sauves. Il a une sellette de décrotteur sur les épaules. Faites-vous cirer, messieurs, faites-vous vernir ! Cirage anglais ! vernis parisien !… baume extra-fin ! cirage des sultanes ! collyre de la chaussure ! Le tout à l’instar du passage des Panoramas ! Dernier goût ! élégance ! propreté ! breveté de tous les gouvernement. Voyons, voyons ! messieurs ! — Tiens, c’est vous, Amanda !

Amanda Monsieur de Sauves ! votre servante !

De Sauves Ça va bien ?

Amanda Vous voyez… je boulotte, et… je caboulotte !… Faites-vous, fortune ?

De Sauves Hélas ! j’attends ici le comte Horace, et il ne vient pas assez vite à mon gré !

Amanda N’est-ce pas lui qui doit être à la tête de cette expédition dont on parle à San-Francisco depuis plusieurs jours !

De Sauves Lui-même… et sitôt son arrivée, adieu le cirage !

Amanda Ah ! si j’étais homme, je dirais bien vite adieu à la limonade, et je m’engagerais avec vous ! Je m’ennuie ici au milieu de cette population de sauvages qui crient et qui se battent toute la journée.

De Sauves Dame ! il y a un moyen… de nous suivre… sans changer d’état… devenez notre cantinière !

Amanda C’est une idée !… Je ne dis pas non.

Un Américain, frappant sur une table Un grog !…

Amanda, au garçon. Cinq dollars !… — Voulez-vous vous rafraîchir, monsieur de Sauves ?

De Sauves Merci ! c’est trop cher pour moi !

Amanda Ah ! pour vous.. c’est gratis !

De Sauves Trop bonne, merci !

Amanda Nous trinquerons à l’arrivée du comte Horace et à notre prochain départ… car c’est dit, je partirai avec vous… J’aime les voyages… ça forme la jeunesse ; à votre santé !

De Sauves À votre santé !… Allons, au revoir ! je vais gagner mon dîner ! j’en connais en Europe qui gagnent moins que moi, et qui font encore de plus vilains métiers ! (Il s’installe avec sa boîte au milieu du café.) Cirage anglais ! vernis parisien ! (Un Mexicain vient se faire cirer.)



Scène VI

Les Mêmes, ARTHUR.


Arthur Chien de pays ! j’ai tout perdu, mes deux cents piastres ! (Il se heurte dans la boîte à cirage de de Sauves qui tire son revolver et le lui présente.) Je n’ai plus le sou !… Tiens ! que vois-je, de Sauves ? — Bonjour marquis.

De Sauves Bonjour, Arthur.

Arthur Dans quel état !

De Sauves Armes parlantes… une brosse à souliers sur champ de cirage.

Arthur, se baissant près de lui. Ah ! Si nos aïeux nous voyaient !

De Sauves Ils pensent bien à nous… ; donne-moi ton pied ?

Arthur Mais…

Le Mexicain, tendant son pied Et celui-ci !

Arthur, le bousculant. Laissez-nous !… moi, c’est comme ami.

De Sauves Donne… — au cirage ou à l’œuf ?

Arthur Non, à l’œil.

De Sauves Compris ! L’autre… Examinant la botte.) Aïe ! la semelle !

Arthur Hélas ! ce n’est rien encore !

De Sauves Quoi donc ?

Arthur Attends… un coup de brosse à mon habit, pendant que tu y es.

De Sauves Oh ! Elbeuf, retour du boulevard… maturité complète !

Arthur Oui, il se dépouille ! Mais ce n’est rien encore.

De Sauves Parle donc !

Arthur J’ai tout perdu !… excepté mon maître… J’ai un maître, tu entends, un gros, qui ne veut pas me lâcher…

Sharp, au loin. Domestique !… domestique !

Arthur Tiens, le voilà !…



Scène VII

Les Mêmes, SHARP.


Sharp, criant plus fort dans l’oreille d’Arthur. Ah ! enfin, te voilà… c’est bien heureux !… je cherchais vous partout !

Arthur Me voilà !

De Sauves Ah ! ce pauvre Arthur ! console-toi ! Tout à l’heure un coup de roulette changera ta fortune, et ce sera lui qui deviendra ton domestique ; au revoir, Arthur ! — Allons, messieurs, cirage anglais ! vernis parisien ! (Il sort.)



Scène VIII

Les Mêmes, moins DE SAUVES.


Sharp Il faut partir tout de suite !

Arthur Eh bien, bonjour !

Sharp Vous partir avec moâ, prendre fusil, soldat à moâ !

Arthur Je suis soldat, à présent !

Sharp J’ai fondé une compagnie… pour exploiter les placers…

Arthur Ah ! mais non ;… dites donc… j’attends le comte Horace… moi… je suis de la compagnie française… Halte-là… je lui ai donné ma parole… à Paris…

Sharp Moi, j’ai donné ici mon argent…

Arthur Oui… mais nous n’avons pas parlé de coups de fusil… il a été convenu que j’étais votre ami…

Sharp Pour tout faire ! Soldat, ou rends l’argent.

Arthur, criant. Pas soldat ! pas d’argent !

Sharp Et mes deux cents piastres d’avance.

Arthur, montrant la roulette au fond. Vos avances ! ah bien !… elles sont loin, si elles tournent toujours.

Sharp, se levant furieux. Ah ! petite gredine ! tu as fait tourner mes avances ?… Alors, tu vas me suivre chez le coroner.

Arthur C’est sérieux ?

Sharp, à la foule. Gentlemen ! Messieurs ! sachez que j’ai payé cette garçonne pour servir moâ… et qu’il a pris deux cents piastres pour servir moà… et qu’il refuse de servir moâ… c’est un coquin, il faut qu’il serve moà ou qu’il rende l’argent !

Voix Oui, c’est juste ! qu’il rende l’argent !

Sharp Ou qu’il serve moà !

Arthur Au nom de tout ce que tu as de plus cher au monde !

Sharp Rends l’argent !

Arthur De ta mère !

Sharp Rends l’argent !

Arthur, entouré par une foule qui crie. De vos mères !

Voix diverses L’argent ! l’argent !