Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


certain que les soupçons du Cèdre-Rouge se dirigeront de suite vers elle, si le diable permet qu’il arrive jusqu’ici.

— Et la seconde ? interrompit don Miguel.

— La seconde, la voici, reprit Valentin : à part les avantages incontestables que nous procure la descente que je vous propose, je ne veux pas, entendez-vous, mes amis, et je suis certain que vous êtes de mon avis, je ne veux pas, dis-je, que le corps de notre pauvre compagnon, qui a roulé au fond du précipice, reste sans sépulture et devienne la proie de bêtes fauves ; voilà ma deuxième raison, don Miguel ; comment la trouvez-vous ?

L’hacendero sentit à ces nobles paroles son cœur se fendre, tant fut grande l’émotion qu’il éprouva ; deux larmes jaillirent de ses yeux et coulèrent silencieusement le long de ses joues.

Il saisit la main du chasseur, et, la lui serrant avec force :

— Valentin, lui dit-il d’une voix brisée, vous êtes meilleur que nous tous ; votre noble cœur est le foyer de tous les grands et généreux sentiments : merci de votre bonne pensée, mon ami.

L’enthousiasme de ses compagnons ne put faire passer sur le visage du chasseur ni flamme ni sourire ; ce qu’il avait dit était si bien l’expression de ses sentiments, qu’il croyait ce qu’il faisait tout naturel, et ne comprenait pas qu’on le remerciât pour une chose si simple.

— Ainsi, c’est convenu, dit-il, nous partons ?

— Quand vous voudrez.

— Bon ; mais, comme la nuit est sombre, que la route est assez dangereuse, Curumilla, qui de lon-