Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sez souffert pour être avare de mon bonheur et désirer ne pas en perdre une parcelle. Partons, mon père, menez-moi auprès de mon enfant.

Devant une volonté si fermement exprimée, le prêtre se trouva sans force, il ne se reconnut pas le droit d’insister plus longtemps ; seulement il tâcha d’éviter à sa compagne, autant que possible, les fatigues de la route.

Ils partirent donc de Galveston, se dirigeant à petites journées vers le Far West.

Sur la limite des contrées civilisées, le père Séraphin avait pris une escorte d’Indiens dévoués, afin de protéger sa compagne. Depuis six jours ils étaient entrés dans le désert, lorsque tout à coup Dieu les avait placés face à face avec le Cèdre-Rouge, mourant sans secours au fond d’une forêt vierge.


XIII.

Retour à la vie.

La charité est une vertu fort préconisée à notre époque, mais que peu de personnes mettent en pratique.

L’histoire du bon Samaritain trouve très peu d’applications dans le vieux monde, et si l’on veut retrouver la charité exercée saintement et simplement, ainsi que l’enseigne l’Évangile, il faut prendre ses exemples au fond des déserts du nouveau monde.

Cela est triste à dire, encore plus triste à constater, mais ce ne sont pas les hommes qui sont coupables, le siècle seul doit être responsable de cet