Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/265

Cette page n’a pas encore été corrigée
255
L’ÉCLAIREUR.

complètement voilées. Une vestale convaincue d’avoir laissé voir son visage à un homme est condamnée à mort.

Dans l’intérieur de leur demeure, elles s’occupent à des travaux de femmes et se livrent avec ferveur à l’accomplissement des rites de leur religion. Les vœux sont volontaires : une jeune fille ne peut être admise à faire partie des vierges du soleil que lorsque le grand-prêtre a acquis la certitude que nul ne l’a forcée à prendre cette détermination, et qu’elle suit réellement sa vocation.

Enfin, le quatrième palais situé à l’est de la place est le plus splendide et en même temps le plus sombre de tous.

On le nomme Iztlacat-expan, ou palais des prophètes : il sert de demeure au Amanani et aux chalchiuh — prêtres. — On ne saurait exprimer l’aspect mystérieux, triste et froid de cette résidence, dont les fenêtres sont garnies d’un treillage de jonc qui obstrue, tant ses mailles sont serrées, presque tout l’éclat du jour. Un silence morne règne continuellement dans cette enceinte ; mais parfois, au milieu de la nuit, lorsque tout repose dans la ville, les Indiens endormis se réveillent terrifiés par d’étranges clameurs qui semblent sortir du Iztlacat-expan.

Quelle est la vie des hommes qui l’habitent ? À quoi passent-ils leur temps ? Nul ne le sait ! Malheur à l’imprudent qui, curieux de s’instruire sur ce point, chercherait à surprendre des secrets qu’il doit ignorer ; la vengeance des prêtres offensés serait implacable.

Si le vœu de chasteté est imposé aux vestales, il n’en est pas de même à l’égard du grand-prêtre et de ses prêtres ; cependant, nous devons faire observer qu’il en est bien peu qui se marient, tous s’abstiennent, au moins ostensiblement, d’entretenir des liaisons avec l’autre sexe. Le noviciat des prêtres dure dix ans, ce n’est qu’après l’expiration de ce laps de temps, et après avoir subi des épreuves sans nombre, que les novices prennent le titre de chalchiuh. Jusque