Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/246

Cette page n’a pas encore été corrigée
236
L’ÉCLAIREUR.

un monstre. Averti le jour même de ce qui s’était passé au couvent, je réunis une troupe de bandits et d’aventuriers, puis, la nuit venue, je m’introduisis par ruse dans le couvent, et, le pistolet au poing, j’enlevai votre fille.

— Vous ! s’écria don Mariano avec un mouvement de surprise mêlé de joie. Mon Dieu, mon Dieu ! Ainsi elle est sauvée, elle est en sûreté ?

— Oui, dans un endroit où moi-même, aidé par Bon-Affût, je l’ai cachée.

— Don Estevan ne l’y aurait jamais trouvée, fit le chasseur avec un sourire narquois.

Le gentilhomme était en proie à une agitation extrême.

— Où est-elle, s’écria-t-il ; je veux la voir ; dites-moi en quel lieu elle se trouve, ma pauvre et chère enfant !

— Vous comprenez, répondit le jeune homme, que je ne l’ai pas gardée auprès de moi ; je savais que les espions de don Estevan et votre frère lui-même me poursuivaient et surveillaient toutes mes démarches. Après avoir mis doña Laura en sûreté, j’attirai sur mes traces toutes les poursuites. Voici comment : ce palanquin, dit-il en le désignant du doigt, ce palanquin, a jusqu’au presidio de Tubac, renfermé doña Laura. J’eus soins de la laisser apercevoir une fois ou deux : il n’en fallut pas davantage pour faire supposer qu’elle était toujours auprès de moi ; grâce au soin que je prenais de tenir constamment ce palanquin hermétiquement fermé et de n’en laisser approcher personne, j’avais le projet d’entraîner vos ennemis à ma suite, et, arrivé dans le désert, de les punir ; mes calculs ont été plus justes que ceux de don Estevan, car Dieu me secondait ; maintenant que le criminel a été puni, que doña Laura n’a plus rien à craindre, je suis prêt à vous faire connaître sa retraite et à vous conduire vers elle.

— Oh ! mon Dieu ! vous êtes juste et bon, s’écria don Mariano avec une expression de joie ineffable ; mon Dieu,