Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/209

Cette page n’a pas encore été corrigée
199
L’ÉCLAIREUR.

— Que voulez-vous dire ?

— Vous allez me comprendre.

Et don Miguel se leva.

Sans bien s’expliquer pour quelle raison il en était ainsi, don Estevan sentit un frisson parcourir tout son corps, devinant par une espèce d’intuition que l’accusation de son frère n’avait rien d’aussi terrible que les faits que don Miguel se préparait à révéler ; il releva un peu la tête, pencha le corps en avant, et la poitrine haletante, les narines dilatées, fasciné pour ainsi dire par le chef des aventuriers, il attendit, en proie à une anxiété toujours croissante, qu’il plût à don Miguel de parler.



XX.

Le Jugement.


Le soleil avait disparu à l’horizon, l’ombre avait remplacé la lumière, les ténèbres, tombant du ciel, avaient couvert la forêt d’un impénétrable linceul de brune ; les gambucinos s’armant de branches d’ocote les allumèrent, et alors la clairière où se passaient les faits que nous rapportons se trouva fantastiquement éclairée de torches aux reflets sanglants, dont la lueur tourmentée se jouait sur les arbres et les individus réunis sous leurs larges ramures, et imprimait à tout un cachet étrange et sinistre.

Don Miguel, après avoir jeté autour de lui un regard pour solliciter l’attention, prit enfin la parole :

— Puisque vous avez trouvé ce portefeuille, dit-il, je n’ai plus rien à vous apprendre. C’est en effet votre frère qui a commis les crimes affreux que vous lui reprochez ; heureusement son but n’a pu être complètement atteint ; votre femme est morte, il est vrai, don Mariano, mais votre fille vit encore ; elle est en sûreté, c’est moi qui ai été assez