Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/204

Cette page n’a pas encore été corrigée
194
L’ÉCLAIREUR.

sidérais comme des erreurs de jeunesse et à me persuader qu’il était entièrement revenu au bien ; sa conduite était en apparence irréprochable : dans différentes circonstances il avait même affecté un rigorisme de principes dont j’avais été obligé de le reprendre, enfin il était parvenu à faire de moi sa dupe, s’appliquant avec une profondeur de scélératesse qui passe toute expression à épaissir le bandeau qu’il avait étendu sur mes yeux. Marié et père de deux enfants, il les élevait avec une sévérité qui, pour moi, était la preuve de sa conversion, et il avait soin de me répéter souvent : « Je ne veux pas que mes enfants deviennent ce que j’ai été. » À la suite d’un de ces innombrables pronunciamientos qui minent et démembrent notre beau pays, rendu, je ne sais par quelle machination ténébreuse, suspect au nouveau gouvernement, je fus obligé de prendre du jour au lendemain la fuite pour sauver ma vie menacée ; je ne savais à qui confier ma femme et ma fille, qui, malgré leur désir, ne pouvaient me suivre ; mon frère s’offrit à veiller sur elles ; un secret pressentiment, une voix du ciel que j’eus le tort de mépriser me soufflait au fond du cœur de ne pas avoir foi en cet homme et de ne pas accepter sa proposition. Le temps pressait, il fallait partir : les soldats envoyés pour m’arrêter frappaient à coups redoublés à la porte de mon hôtel ; je confiai ce que j’avais de plus cher au monde à mon frère, à ce lâche que voyez là, et je m’enfuis. Pendant deux ans que dura mon absence, j’écrivis lettre sur lettre à mon frère sans jamais recevoir de réponse, j’étais en proie à une inquiétude mortelle ; enfin j’allais, en désespoir de cause, me résoudre à rentrer au Mexique, au risque d’être pris et fusillé, lorsque, grâce à certains amis qui faisaient des démarches incessantes en ma faveur, je fus rayé de la liste de proscription, et il me fut permis de rentrer dans ma patrie. Deux heures à peine après avoir reçu cette nouvelle je partis ; j’arrivais à la Vera-Cruz quatre jours plus