Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/187

Cette page n’a pas encore été corrigée
177
L’ÉCLAIREUR.

— Mais qui le préviendra.

— Moi ! répondit Balle-Franche.

— Je vous remercie de cette offre loyale.

— Nous sommes peut-être plus intéressés que vous à l’éclaircissement de cette machination mystérieuse, répondit Bon-Affût.

Sur un signe de son ami, Balle-Franche remonta sur son cheval qu’il avait laissé dans le taillis, et s’éloigna à toute bride, pendant que don Mariano le suivait d’un regard curieux et troublé tout à la fois.

— Nous me parlez par énigmes, dit-il, en s’adressant au Canadien toujours appuyé sur son rifle.

Bon-Affût secoua la tête.

— C’est une triste histoire que celle dont les odieuses péripéties vont se dérouler devant vous, et dont vous ne savez pas le premier mot, malgré les preuves que vous croyez posséder, seigneurie.

Don Mariano poussa un soupir, deux larmes brûlantes coulèrent sur ses joues creusées par la douleur.

— Courage, mi amo, lui dit Bermudez, Dieu est enfin pour vous !

Le gentilhomme serra la main de son fidèle domestique, et détourna la tête pour cacher l’émotion qu’il éprouvait.



XVIII

Avant le Jugement.


Lorsque Balle-Franche se fut éloigné, Bon-Affût, l’Indien et Ruperto se rapprochèrent du blessé, toujours plongé