Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/158

Cette page n’a pas encore été corrigée
148
L’ÉCLAIREUR.

L’évanouissement de don Miguel était causé par la perte de sang d’abord, puis par la surexcitation nerveuse d’une lutte longue et acharnée et par la somme immense de forces qu’il avait été contraint de dépenser pour résister aux ennemis nombreux qui l’avaient traîtreusement attaqué.

Les coureurs des bois, par la vie qu’ils mènent et les accidents sans nombre auxquels ils sont sans cesse exposés, sont contraints de posséder quelques connaissances pratiques en médecine et surtout en chirurgie. Élèves des Peaux-Rouges, les simples jouent un grand rôle dans leur système de médication. Balle-Franche et Bon-Affût, étaient passés maîtres dans l’art de traiter sommairement les plaies, à la mode indienne. Après avoir lavé avec soin les blessures, coupé les cheveux de celle de la tête, ils prirent des feuilles d’oregano, en formèrent une espèce de cataplasme en les mouillant légèrement avec un peu d’eau-de-vie étendue d’eau et appliquèrent ce remède primitif sur les blessures en l’assujettissant avec des feuilles d’abanijo coupées en bandes et attachées au moyens de fils d’aloès. Puis, avec la lame d’un couteau, ils écartèrent légèrement les mâchoires serrées du blessé, et introduisirent quelques gouttes de liqueur dans sa bouche. Au bout de quelques instants don Miguel entrouvrit faiblement les yeux, et une rougeur fugitive colora les pommettes de ses joues pâlies.

Les chasseurs, les deux mains croisées sur l’extrémité de leur rifle, examinaient avec soin le visage du blessé, cherchant à lire sur ses traits les résultats probables des moyens qu’ils avaient cru devoir employer pour le soulager.

L’homme qui sort d’un évanouissement profond n’a pas, dans le premier moment, conscience des objets extérieurs ni le souvenir des faits qui se sont passés ; l’équilibre brusquement rompu entre ses facultés par les chocs successifs qu’elles ont éprouvés, ne se rétablit que lentement et gra-