Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/143

Cette page n’a pas encore été corrigée
133
L’ÉCLAIREUR.

milieu de la gorge que quelques heures auparavant, il avait traversée ; une obscurité profonde l’enveioppait de toutes parts, et dans l’ombre, tout autour de lui, il lui sembla voir s’agiter des formes humaines indécises et comme effacées par l’épaisseur des ténèbres. En ce moment, d’autres coups de feu furent tirés sur lui, son chapeau fut enlevé par une balle, et plusieurs flèches passèrent à quelques lignes de son visage.

Don Miguel releva résolument la tête.

— Ah ! traîtres ! s’écria-t-il d’une voix forte.

Et, enlevant son cheval avec les genoux, il s’élança en avant avec une vélocité vertigineuse, tenant la bride aux dents, à demi couché sur le cou de sa monture, et un revolver de chaque main.

Un effroyable cri de guerre se fit entendre, mêlé à des imprécations de fureur articulées en espagnol.

Don Miguel passa comme un tourbillon au milieu de la masse qui s’agitait autour de lui, et déchargea ses revolvers au plus épais de ses ennemis inconnus. Des cris de douleur et de rage, des coups de feu et des flèches le poursuivirent sans ralentir la course effrénée de son cheval, qui semblait ne plus toucher terre, tant il détalait avec rapidité.

Derrière lui, le jeune homme entendait le galop furieux de plusieurs chevaux qui se pressaient a sa poursuite.

— Trahison ! trahison ! criait-il en brandissant son sabre, faisant cabrer son cheval et bondissant comme un chacal au milieu de l’affreuse mêlée qui se resserrait incessamment autour de lui.

Soudain, au plus fort de la lutte, au moment suprême où il sentait que ses forces étaient sur le point de l’abandonner, trois coups de feu éclatèrent dans l’ombre, et les gens qui l’attaquaient, pris à revers, furent con-