Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée
116
L’ÉCLAIREUR.

Le front du Mexicain s’assombrit à cette parole.

— Tu en es sûr ? dit-il.

— Voilà ce qu’il m’a dit,

Il y eut un silence de quelques secondes.

— Bon, reprit-il au bout d’un instant ; le chasseur n’a rien ajouté de plus ?

— Rien.

— Hum ! murmura don Stefano, enfin n’importe ; puis, appuyant fortement la main sur l’épaule du gambucino et le regardant bien en face : Maintenant, ajouta-t-il, en pesant avec intention sur chaque mot, retiens bien ceci : tu ne me connais pas ; quoi qu’il arrive, tu ne souffleras pas un mot de la façon dont nous nous sommes rencontrés dans la Prairie.

— Vous pouvez y compter, seigneurie.

— J’y compte, répondit le Mexicain, avec une intonation qui fit trembler Domingo tout brave qu’il était ; souviens-toi du serment que tu m’as fait et de l’engagement que tu as pris envers moi.

— Je m’en souviendrai.

— Si tu tiens tes promesses et si tu m’es fidèle, je me charge de te mettre pour toujours à l’abri du besoin, sinon, prends garde.

Le gambucino haussa les épaules avec dédain, et répondit d’un ton de mauvaise humeur :

— Il est inutile de me menacer, seigneurie ; ce qui est dit est dit, ce qui est promis est promis.

— Nous verrons.

— Si vous n’avez rien d’autre à me recommander, je crois que nous ferons bien de nous séparer. Voici le jour qui commence à poindre, mes compagnons ne tarderont pas à s’éveiller, et je crois que vous n’êtes pas plus soucieux que moi que l’on nous surprenne ensemble.

— Tu as raison.