Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/121

Cette page n’a pas encore été corrigée
111
L’ÉCLAIREUR.

grand’peine leurs chevaux effrayés qui se cabraient avec de sourds hennissement de terreur.

Ces deux hommes au cœur de bronze restaient impassibles au milieu du fracas épouvantable des éléments déchaînés, sans paraître s’apercevoir de l’effroyable tempête qui hurlait autour d’eux, aussi calmes et l’esprit aussi tranquille que s’ils avaient été confortablement assis au fond de quelque antre inaccessible auprès d’un joyeux feu de sarments. Ils n’avaient qu’une idée, venir en aide à celui qu’ils soupçonnaient courir en ce moment un danger terrible.

Tout à coup ils tressaillirent et relevèrent brusquement la tête en fixant devant eux des regards ardents et avides, mais l’ombre était trop épaisse, ils ne purent rien distinguer.

Au milieu des mille bruits de la tempête un cri avait frappé leur oreille.

Ce cri était un appel suprême, cri d’agonie strident et prolongé, comme l’homme fort vaincu par la fatalité en trouve lorsqu’il est contraint d’avouer son impuissance, que tout lui manque à la fois et qu’il n’a plus d’autre recours que Dieu. Les deux hommes se penchèrent vivement en avant, et plaçant leurs mains à leur bouche en forme d’entonnoir, ils poussèrent à leur tour un cri aigu et prolongé.

Puis ils écoutèrent.

Au bout d’une minute, un second cri plus perçant, plus désespéré que le premier traversa l’espace.

— Oh ! s’écria Bon-Affût, en se haussant sur ses étriers et en serrant les poings avec douleur, cet homme est en danger de mort.

— Quel qu’il soit il faut le sauver, répondit résolument Balle-Franche.

Ils s’étaient compris.