Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/99

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Mon Dieu oui ! répliqua 8edley avec impatience, je vais voir ce qui en est.

Au même instant le cheval apparut, piaffant, caracolant, avec le nègre sur son dos.

— Qu’est-ce donc que ce bruit ? demanda M. Sedley.

— J’apprends à cette brute comment il faut se conduire avec un supérieur.

— Bon ! encore une sottise !

— Mais il m’a pris non chapeau ! je n’en retrouverai pas le pareil ! répondit Caton lamentablement.

Le vieillard et Overton ne purent s’empêcher de rire.

— Enfin ! comment çà s’est-il passé ? demanda Hugh.

— Je circulais autour de lui, lorsque ennuyé sans doute de me voir si près, il a mordu mon chapeau et l’a enlevé avec deux ou trois chevaux.