Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/95

Cette page n’a pas encore été corrigée


Peu à peu, une voix qui paraissait sortir de dessous terre se mit à répondre :

— Il-vient : -il-se-ra-bien-tôt-là, -massa.

— Ce démon noir est une vraie peste pour moi. Ce matin ne s’est-il pas avisé de placer une cible entre les cornes d’un veau et de tirer dessus : il a tué l’animal comme on pouvait s’y attendre.

— Me voilà, massa ! glapit le nègre, débouchant d’un coin du jardin, et accourant à toutes jambes.

— D’où viens-tu comme cela ? Tu sais que l’on a besoin de toi continuellement, et qu’ainsi tu ne dois pas quitter la maison.

— Une affaire importante me retenait, je ne pouvais l’éviter. Bien fâché d’avoir fait attendre massa.

— Pas tant de paroles ! cours à l’écurie aussi vite que tes grosses pattes le pourront, selle le cheval noir et amène le ici.