Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/83

Cette page n’a pas encore été corrigée


dit le vieillard an lui serrant la main avec cordialité.

— Comment allez-vous, chère Lucy ! ajouta Dudley en imprimant un bon gros baiser sur la joue de la jeune fille. Je suis un peu en retard, continua-t-il, mais une circonstance imprévue m’a retenu en route.

Interrogé par le regard de ses deux hôtes, il raconta son aventure et son intervention entre Ned Overton et Nathan Dodge.

— Ned Overton le Mangeur de poudre ? s’écria le vieillard, je le croyais en route pour le Canada.

— C’était aussi l’opinion générée, mais il parait qu’il a changé d’itinéraire.

— Tant pis je voudrais le voir bien loin ; sa présence m’inquiète.

— Je suis de votre avis, quoique je sois bien loin d’en avoir peur, pourtant j’aurais de bonnes raisons pour désirer son éloignement ; Il s’est brutalement et grossièrement