Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/55

Cette page n’a pas encore été corrigée


— N’ayez donc pas peur, Hugh ! répliqua Overton, un poltron n’a jamais de bonnes fortunes. Fiez-vous à moi, j’arriverai par la vertu de nos carabines.

— Nos hommes murmurent de se voir retenus si longtemps après le chargement du bateau.

— Qu’ils prennent patience, ils n’auront pas beaucoup à attendre.

— La rivière décroît à chaque instant ; il nous reste juste assez d’eau pour arriver aux cataractes.

— Bien ! bien, Hugh ! répliqua le chasseur avec impatience ; je tirerai l’affaire au clair cette nuit même, quoiqu’il arrive. Tenez-vous prêt à partir au coucher du soleil. Je vous rejoindrai au gros rocher du Grand-Banc ; si je ne suis pas là au lever de la lune, rendez-vous sans moi à Orléans.

— Cette affaire ne me parait pas claire, dit