Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/51

Cette page n’a pas encore été corrigée


met toujours en blanc comme une fiancée quand elle rencontre un baby, elle ne peut plus s’en séparer. C’est là ce que j’appelle une évidence circonstanciée : j’ai toujours observé que lorsque deux personnes sont sur le point de se marier, elles font grande attention à tous les babies qu’elles rencontrent.

— Et, quand penses-tu que se fera ce mariage ?

— Bientôt, sir ; oui, bientôt, bientôt.

— Dans huit jours ?…

— Huit jours ! yah ! yah ! dans deux ! demain ! peut-être.

— Ah ! le démon ! s’écria le chasseur s’oubliant dans sa colère, et tressaillant comme s’il eût été piqué par un serpent. Tu es un menteur, Caton !

— Qu’est-ce que j’ai dit ? répliqua le nègre en levant jusqu’à sa tête ses longues jambes ; je dit ce que je pense mais non ce qui est. Il n’y a rien de sûr dans mes paroles.