Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/47

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Et si on refusait encore !…

— Je dirais que l’un de nous deux doit vider les lieux.

— Et si on restait quand même ?…

— Je m’en irais au pas de course. Yah ! yah !

Overton se laissa tomber par terre, renversant la tête et se tenant les côtes à force de rire, comme si jamais il n’eût entendu pareille farce.

— Je vous trouve poliment rusé ce matin, maître Caton ; il faut que quelque chose d’extraordinaire vous ait métamorphosé.

— Caton a toujours bon caractère : mais c’est vous, Massa Overton, qui me paraissez de bonne humeur ; oui, c’est trop beau !

— Vraiment c’est que tu m’amuses, butor ! murmura le chasseur qui s’en voulait de sa propre hilarité.

— On n’a jamais vu Caton autrement ; reprit le nègre, assez fin pour soupçonner que le chasseur n’agissait pas ainsi sans motif ; et, au contraire