Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/43

Cette page n’a pas encore été corrigée


—Que je sois pendu comme un chétif Yankee si j’ai jamais vu animal semblable.

Ce qu’il apercevait ressemblait assez à une paire de pieds humains, plantée en l’air dans un buisson : en s’approchant, Overton reconnut que ces pieds étaient noirs, et nus !

— Puissances célestes quelle bête est-ce là ?… Si mes yeux ne sont pas fous, ils m’annoncent une paire de pieds de quelque nègre. Voyons donc !

Prenant une pierre, il la lança vigoureusement contre l’objet suspect. Les broussailles s’agitèrent vivement, les deux pieds disparurent comme par enchantement, et, à leur place, se montra la figure grimaçante, luisante et noirâtre du nègre Caton, appartenant à M. Sedley, personnage important de cette histoire.

— Yah ! yah ! yah ! bredouilla le moricaud avec un large rire qui découvrit un superbe râtelier de dents blanches ; yah ! yah ! yah ! c’est vous massa Overton ?